Accueil Sports RIP Maradona, celui qui n’était pas seulement footballeur

RIP Maradona, celui qui n’était pas seulement footballeur [par Cherif Salif SY]

428
0

Maradona, personne ne le connaissait mieux que son voisin, chacun le connaissait à sa manière.Ce que je retiens d’abord c’est son anti-impérialisme, sa solidarité avec ceux qui résistent et luttent contre l’injustice. Il était contre la recrudescence des murs qui ferment les frontières.

Il était pour la réouverture des possibles politiques, ayant compris très tôt l’importance des combats démocratiques et leur contribution décisive à l’avènement des libertés modernes. Ce regard sur ses engagements oblige à regarder bien au-delà de ses talents footballistiques et à saisir la portée de ses luttes civiques.Engagé pour l »Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA), il était aux fronts avec Fidel Castro, Hugo Chavez et les autres.

Il a pleinement pris part à la résistance contre l’ALCA (zone de libre-échange des Amériques ou ZLEA, (en espagnol et portugais : ALCA), qui était un projet d’une communauté économique qui aurait pu succéder à l’ALENA. Ce projet a été fortement poussé par le gouvernement des États-Unis et prévoyait la suppression des droits de douanes sur plusieurs types de produits, notamment des produits manufacturés et agroalimentaires).

Il a tenu tête au Président américain Georges Bush et aux autres promoteurs du traité nord-américain.Ayant grandi dans le bidonville surpeuplé et insalubre de Villa Fiorito, dans la banlieue sud de Buenos Aires où son père travaille sur des chantiers de construction tandis que sa mère fait des ménages et des lessives, il aimait par-dessus tout, jouer avec les « pauvres », chez lui (Argentinos Juniors et BOCA), à Naples aussi, région « défavorisé d’Italie. Nous nous sommes retrouvés ensemble en 2008, invités par le Président Vénézuélien Hugo Chavez.

Asta la vista combattant !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici