Accueil Société SENEGAL, SUNUGAL ! HOMMAGE À DOUDOU FAYE

SENEGAL, SUNUGAL ! HOMMAGE À DOUDOU FAYE [Par: Dr Serigne Khadim Ngom]

319
1
Dr Serigne Khadim Ngom

Le Sénégal s’est réveillé, ce mercredi 11 novembre 2020, dans la consternation après l’annonce de l’arrestation d’un « père » accusé d’avoir payé le voyage de son fils, âgé de seulement quatorze ans, afin que ce dernier regagne l’Europe, via les canaux clandestins, en l’embarquant sur une pirogue de fortune.
Ce drame remet indéfiniment au goût du jour, l’histoire d’une terre qui brille par illusion de mille feux et que tout le monde veut rejoindre, en pensant qu’elle constitue la condition du bonheur: eldorado, mirage, paradis, Lampedusa, Barca…

Ce drame triste, c’est l’histoire d’un pays dont le nom tire ses racines étymologiques de ces pirogues ou « GALL ». C’est l’histoire de ces êtres humains qui se retrouvent sur ces barques, en quête d’un meilleur avenir, se retrouvant par ailleurs, depuis la nuit des temps, affabulés de noms tout autant tristes, interrogateurs sur leur intégrité humaine : esclaves, pestiférés, bagnards, rapatriés, boat people, réfugiés, sans-papiers, clandestins, envahisseurs…
Méritent-ils, ces gens là, une double peine? Méritent ils d’être traités comme du bétail malpropre du côté occidental et, méprisés de l’autre par leur propre gouvernement qui ignore jusqu’à l’ultime hommage pour le repos de leur âme?
Nous déplorons profondément le mutisme coupable de l’exécutif au Sénégal sur la question des centaines de victimes de l’emigration « clandestine ».
Nous en appelons au président de la république, en son attribut de « père protecteur de la nation », qui doit au peuple ASSURANCE PROTECTION ET COMPASSION.
Une adresse solennelle à la NATION est le miminum requis devant une catastrophe presque jamais connue dans notre chèr SENEGAL.
Le danger crucial qui guette le pays est, à mon sens, une transformation psychologique de notre rapport avec la MORT, qui constitue le soubassement intrinsèque de la stabilité du pays. L’absence d’humanité et le décalage avec nos us et coutumes sévissant tout au long de ces voyages me font effroyablement peur ( bagarres de survie, sélection de qui doit vivre, corps jetés en mer, accusation d’anthropophagie physique…)
La vie, quelles que soient les difficultés qu’on y rencontre, est un joyau à préserver. J’appelle à la retenue, mes frères et sœurs, soucieux de leurs avenirs de ne pas emprunter les chemins lugubres vers une terre qui, quoi qu’on en dise, reste hostile.
J’accuse tous les régimes qui se sont succédés au SÉNÉGAL de ne pas faire de l’emploi des jeunes ( les moins de 40 ans représentant plus de 85 % de la population), la pierre angulaire des politiques de développement.
J’en appelle à toutes les forces vives de la NATION de prendre à bras le corps ce phénomène et de se poser les bonnes questions afin d’éradiquer définitivement ces pratiques.

DOUDOU, repose en paix dans l’océan Atlantique. Tu n’as certes pas eu le temps d’écrire ton histoire, mais, elle en dit long sur ton RÊVE.
Repose en paix.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici