Accueil Société Sénégal-Religion : faut-il légiférer face au phénomène sectaire ?

Sénégal-Religion : faut-il légiférer face au phénomène sectaire ?

361
0
Pour Bakary Sambe, Directeur de Timbuktu institute et coordonnateur de l’Observatoire des radicalismes et conflits religieux en Afrique (Orcra), le Sénégal « devrait réglementer ce secteur » de la même manière qu’on a procédé avec la presse. Il soutient que « même le législateur français, pays considéré comme un Etat assez libéral en matière de gestion du religieux, a décidé de faire ce qu’il avait longtemps refusé de faire : une loi contre les sectes ».

Le chercheur au Centre des études des religions de l’Université Gaston Berger (Ugb) de Saint-Louis, pense qu’« il faudra maintenant savoir dans quelle mesure, on pourrait aboutir à un consensus dans le cadre d’un contrat social sénégalais, qui nous a garanti, jusqu’ici, la durabilité d’une laïcité de consensus ». Mieux, dit-il, « le dialogue national inclusif devrait inscrire cette question dans son agenda, de même que l’Assemblée nationale, mais il faudra une réelle volonté politique sachant que les questions religieuses très sensibles chez nous ont toujours été gérées par les régimes successifs comme des patates chaudes à léguer au suivant ».

Car, prévient-il, « la dangerosité d’un tel phénomène se mesure à l’aune de la probabilité d’exercice de la violence qui ne saurait avoir de limite et d’encadrement ».

A ce titre, Dr. Sambe a plaidé l’implication des chefs religieux dans un tel processus, afin que la religion puisse demeurer dans notre pays, cité pour sa tolérance, « un facteur de cohésion sociale et non un facteur de déstructuration malgré les signaux qu’on a notés ces dernières années »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici