Accueil Société Loi anti-gorjigèen : Pourquoi elle doit être votée ? Par Cheikh Fatma...

Loi anti-gorjigèen : Pourquoi elle doit être votée ? Par Cheikh Fatma MBACKE

280
0

Au lendemain du dépôt de la loi anti-homosexualité défendue par des députés de différents bords, nous voyons une agitation tous azimuts dans une certaine presse et dans des médias, comme attendu d’ailleurs, allant dans le sens, pour certains de faire de la loi une Loi de l’opposition « Test gay pour le pouvoir, la loi de l’opposition sur la table de Niasse ». Nous constatons également une volonté manifeste de « tuer » dans l’œuf cette Loi qui bénéficie à la fois d’un engouement populaire et du soutien sans conteste des Khalifes généraux musulmans et du clergé catholique. Certains titrent déjà que c’est un projet mort-né.
Cette stratégie pro-gay vise certainement à décourager les populations sur les chances de succès de la Loi et surtout à en faire une affaire politique et ainsi essayer de braquer un nombre important de députés de la majorité favorables à la Loi. Le communiqué du président du groupe majoritaire est à verser dans cette stratégie.

Des députés clairement pro agenda Lgbt

Est-ce que ce communiqué du président du groupe parlementaire majoritaire signifie que tous les députés de ce groupe s’opposeront à cette Loi ? Nous devons croire que non. On peut comprendre que politiquement le député puisse se ranger derrière la position de son leader politique (le Président de la République) et derrière son groupe pour la plupart des questions de manière générale, mais que pour des raisons de conviction profonde, de principes religieux et d’intérêt général de la grande majorité des populations, que le député puisse se dire qu’il est en fin de compte le représentant du peuple avec une indépendance d’esprit qui doit le pousser parfois à choisir la patrie plutôt que le parti.
C’est une position difficile pour un député mais les grands hommes et femmes d’Etat sont ceux qui ont su marquer l’Histoire avec courage en prenant des postures hardies. Après tout, aucun pouvoir n’est éternel et l’avenir politique ou autre des gens appartient à Allah et à Lui Seul.
C’est une position qui semble risquée mais c’est aussi une position qui peut payer demain politiquement car beaucoup de croyants disent aujourd’hui qu’ils ne voteront plus jamais pour une liste qui comporte en son sein des députés clairement pro agenda Lgbt. Il est clair que dans le futur les listes qui investiront des députés qui auront rejeté la Loi anti-gorjigèen courent le risque de se voir sanctionner par les électeurs.

Et puis nous voyons dans des grandes démocraties comme aux Etats unis, des députés ou sénateurs aller dans le sens contraire de ce que souhaite leur leader politique.
Le second impeachment de Trump a vu 6 sénateurs républicains voter avec les démocrates pour la destitution du Président qui est du même parti. Aujourd’hui également on a le même phénomène avec l’actuel Président Biden, le sénateur de son parti Joe Manchin est opposé à sa proposition “Build back better”. Vous me direz que le Sénégal n’est pas les Etats Unis. Oui justement, s’il peut y avoir des députés libres qui ont des convictions, des principes…aux USA, je m’attendrais à en avoir beaucoup plus au Sénégal, pays de foi et de convictions morales et religieuses très profondes.

Arrêtons d’être d’éternels complexés et comptons sur nous-mêmes

Il y a aussi ceux qui jouent à nous faire peur. Le passage de la loi anti-Gorjigèen aurait des conséquences sur notre économie car l’occident va faire un boycott économique à l’encontre du Sénégal et la coopération internationale va nous faire défaut. De quelle coopération parle-t-on ? Est-ce que la situation économique de notre pays aujourd’hui pourrait encore être pire ? Ne vivons-nous pas sous coopération internationale depuis plus de 60 ans d’indépendance ?
Où est-ce que cela nous a menés ? Avons-nous aujourd’hui une école plus performante ? Une santé plus efficace et abordable ? Une agriculture qui nourrit le Pays ? Non, nous n’avons eu rien de tout cela avec cette soi-disant coopération internationale.
Au contraire, le plus grand partenaire économique du Sénégal qu’est la France bénéficie beaucoup plus de cette relation Win-Lose en sa faveur. Le TER inauguré aujourd’hui est un marché qui a sauvé Alstom de la faillite. France Telecom est déficitaire en France, ses bénéfices sont réalisés par orange au Sénégal, en côte d’ivoire, au mali…La France n’est une soi-disant puissance que par la coopération qu’elle a avec nos pays. Alors arrêtons d’être d’éternels complexés et sachons compter sur nous-mêmes, sur nos ressources humaines de qualité, sur nos ressources naturelles abondantes dont Allah nous a dotées. Aucun pays ne s’est développé en comptant sur les autres. Nous sommes dans un monde mondialisé certes mais nous pouvons choisir et diversifier nos partenaires dans un cadre qui nous respecte, qui respecte nos convictions morales et religieuses pour une relation Win-Win.
Et puis la France (de même que les pays occidentaux) qui veut nous donner des leçons de tolérance et de liberté de choix et d’orientation sexuelle n’a qu’à avoir cette même tolérance et de respect de la liberté des options religieuses sur son sol vis-à-vis des 1,5 milliards de musulmans dans le Monde. Si la France abroge sa Loi contre le port du voile et d’interdiction de la polygamie, alors on pourra discuter de tolérance.

Ne pas voter la Loi, c’est commettre l’un des plus grands péchés pour un croyant

• Voter la Loi anti-gorjigèen c’est accomplir une grande adoration divine
• Voter cette Loi c’est rendre service au peuple sénégalais notamment aux générations futures.
• Ne pas voter la Loi, c’est commettre l’un des plus grands péchés pour un croyant car voulant renforcer et protéger sur Terre ce que Dieu a formellement interdit dans le Coran.
• Ne pas la voter, pour un député c’est prendre le risque de se voir coller l’étiquette de député pro-lgbt par les électeurs.
• Ne pas la voter c’est choisir d’être considéré et regardé comme favorable à l’agenda lgbt par les différents Khalifs et chefs religieux de ce pays (qui recevront certainement la liste des députés pro-lgbt).
• Ne pas voter la Loi, c’est créer un précédent dangereux et grave pour le Sénégal. Cela reviendrait à dire à Cheikh Mouhamadou Mountakha Bachir, à Serigne Babacar Sy et à tous les Khalifes généraux que leurs voix et leur avis ne comptent pas et qu’ils ne représentent rien dans ce pays, car ils ont tous signé la pétition réclamant la Loi criminalisant l’homosexualité.
• Ne pas voter la Loi pour un député, c’est aussi affirmer que la voix et le choix de la très grande majorité de la population ne comptent pas même si on se dit être en démocratie. Une infime minorité peut décider contre la volonté populaire. Notre démocratie ne serait qu’une façade.
• Voter la Loi c’est bien entendu rendre service au Président de la République qui reçoit beaucoup de pressions des Lobbies intérieurs et des pays occidentaux car si cette Loi passe cela découlera uniquement de la volonté de la majorité du peuple sénégalais et non de son fait. Les occidentaux, chantres de la démocratie ne pourront rien lui reprocher. N’est-ce pas là la DEMOCRATIE en marche ?


S. Cheikh Fatma Mbacke Fils de Serigne Moustapha Bachir
Ingénieur informaticien
Chercheur mouride

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici