Accueil Société La République ou la Foi ?

La République ou la Foi ? [par: Elhaji Fadall Mbacke]

834
0
Elhaji Fadall Mbacke

Une telle interrogation a été depuis toujours un objet de débat très controversé entre les religieux et les théoriciens de la République .

Si certains appellent à la sacralisation de l’Etat, en étant profondément convaincus que ce dernier est une émanation divine, d’autres par contre font primer la Foi .Sans aucune volonté de remonter l’histoire du mot et les différentes formes de la République, il me semble tout simplement utile de me limiter à sa définition pour permettre au lecteur moins averti de pouvoir comprendre mon raisonnement. Étymologiquement,” Le mot « République» provient du latin res publica qui signifie au sens propre « chose publique » et désigne l’intérêt général puis le gouvernement, la politique et enfin l’État. ..

Elle va souvent de concert avec la démocratie mais pas toujours pour dire que c’est un mode de gouvernement unanimement admis par certains pays (151 sur 197) mais différemment appliqué. Ainsi, beaucoup sont des gens qui pensent que la République doit primer sur la Foi ce qui suscite souvent un débat houleux entre les républicains et les hommes religieux. En cela, force est de constater que l’appropriation de ce terme différent d’une société à une autre.

La France est aujourd’hui une république démocratique laïque c’est lié à son histoire son différend avec l’église d’alors et le bouleversement de sa société par la révolution de 1789. Contrairement au cas du Sénégal qui n’a jamais connu de guerre civile ou de révolution et dont les réalités sont proprement liées à sa culture. Certes, le Sénégal est une république laïque héritée de la colonisation, mais cela ne doit nullement nous induire dans la perdition de la culture d’autrui ou le dénuement de nos croyances.

Je ne nourris aucune intention de promouvoir le repliement sur soi, car comme disait Saint Expery “ si tu diffère de moi loin de me léser, tu m’enrichis” pour signifier que nos différences sont des sources intarissables de richesses si chacun en profite à bon escient. A la lumière des idées avancées ci-dessus , nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper l’appropriation du terme “République ” et son application varient d’une nation à une autre. Cela nous amène à faire un petit commentaire sur les propos de Messieurs Madiabale Diagne et Babacar Justin Ndiaye pour qui, la république sénégalaise est faible, car permettant une certaine dérive.

J’ai suivi avec beaucoup d’intérêt leur débat et honnêtement je partage avec eux certains points de vues. Mais j’ai été quand même choqué lorsque M.Justin Ndiaye compare le danger des menaces terroristes à ce qu’il appelle “l’armée confession” pour le reprendre. Oui M. le journaliste c’est quand même dangereux qu’une armée manifeste son appartenance, mais priver les hommes de tenus d’exercer leur foi est pour moi plus dangereux. Aie l’audace de le dire, certains de ces hommes donnent plus de respect aux chefs religieux qu’aux leurs supérieurs hiérarchiques et vous devez comprendre pourquoi?? Monsieur! Vouloir nier volontairement ou involontairement le rôle qu’avaient joué les “Marabouts” pour la libération du Sénégal des chaînes de la puissance coloniale, n’est pas digne d’un journaliste comme vous. Si cette “République” est aujourd’hui acquise c’est grâce aux sacrifices consentis par ces guerriers. Il n’est pas besoin de vous citer de noms, car vous les connaissez tous. Quant à M. Madiambale Diagne, je ne peux jusque là comprendre son attitude,vis à vis des hommes religieux.

Il lui arrive souvent d’utiliser un vocabulaire cruel à l’encontre des Marabouts ,rappelons le titre de son journal suite à la condamnation de Cheikh Béthio Thione ainsi que l’éditorial consacré à l’épouse de Elhadji Bara Mbacké, alors Khalife général des Mourides entre autres. Son haine viscérale contre les hommes de foi le pousse souvent à se verser dans la diffamation dans le but de discréditer les religieux. La république à genoux tel était le titre de son journal lorsque le Président Abdoulaye Wade s’est plié devant son Guide Spirituel Serigne Saliou Mbacké.

Mais tout ceci n’est guère étonnant, car lui et ses consorts ont la phobie de la religion. Cependant, il a quand même avancé des choses qui méritent qu’on s’y arrête pour la bonne et simple raison de protéger notre histoire politique commune contre toutes affirmations fallacieuses. M. Diagne affirme que « tous les Marabouts qui avaient donné des consignes de vote les gens ont fait le contraire » apparemment Madiambale est atteint par l’Alzeimer c’est pourquoi il oublie vite mais j’ai le temps de vous rappeler quelques événements historiques.- Rappelez-vous du référendum de 1958 si le Sénégal n’a pas connu une guerre d’indépendance comme fut le cas d’Algerie et de la Guinée c’est grâce à la position responsable des Chefs religieux. L’intervention de S. Cheikh Tidiane Sy Al Maktoum à la Radio nationale me semble un exemple pertinent.- Rappelez-vous Cher Diagne que Si le Sénégal est épargné d’une guerre civile le rôle qu’en avait joué Elhadj Falilou Mbacké en était déterminant. – Rappelez-vous Diambale des élections présidentielles de 1988, la consigne de vote de Cheikh Abdoul Ahad avait contribué à la victoire éclatante d’Abdou Diouf – Rappelez-vous Monsieur le journaliste -Rappelez-vous Madiambal Rappelez-vous…

Je vous suggère vivement de revisiter les œuvres d’histoire politique de ce pays Si les éléments vous manquent je vous renvoie à l’ouvrage de M. Abdoul Baïla Wane intitulé « Colin l’Africain ». J’espère que votre égo ne vous empêchera pas de vous ressouvenir, de revisiter, de vous rappeler.Messieurs les journalistes! La république ou la foi j’opte la dernière!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici