Accueil Société « À Dieu Baajane Maï »

« À Dieu Baajane Maï » [de Sokhna Maï Mbacké Djamil]

133
0
Sokhna Maïmouna Mbacke Bint S. Modou Faty Khary

La mort est tellement brusque lorsqu’elle nous arrache des bras, un être aimé.


Elle (la mort) est tellement soudaine et rapide, tellement imprévisible et déconcertante lorsque l’heure pour elle de répondre à l’appel du TOUT PUISSANT qui de par SA volonté insondable, décide de rappeler l’âme d’une de ses créatures des ténèbres terrestres vers les lumières de l’au delà.


Elle (la mort), a frappé à notre porte aujourd’hui.
Elle s’est présentée à la famille de Cheikh Massamba en cueillant ce matin, l’une des plus belles fleurs de son jardin, SOKHNA MAÏ MBACKÉ bint SERIGNE MODOU FATY KHARY ibn CHEIKH MASSAMBA MBACKÉ.


Elle fut une femme d’une générosité exceptionnelle, d’une sagesse grandiose, d’un sens des responsabilités poignant mais surtout, d’un savoir-faire, d’un savoir-vivre et d’un savoir-être remarquables.

Bajane Maï, Sokhna Maï ou encore Maï « Djiné » (faisant allusion à sa rare beauté) possédait à la fois les valeurs conféré par le sang mais aussi celles d’un caractère posé, charmant, digne, altruiste et civilisé.


Pour ma part, elle n’était pas uniquement une « Baajane », ma vie n’aurait certainement pas le sens qu’elle a aujourd’hui sans ses rôles innombrables.


Le jour de mon baptême, elle m’a porté dans ses bras avec amour, lors de mes nombreux voyages étant encore qu’un enfant, elle prenait soin de m’accompagner jusqu’à l’aéroport, lors de mon marriage, elle a tenue ma main et ma introduite chez mon epoux, et encore, et encore, et encore.


Nos longues conversations me manqueront Bajane, nos fous rires aussi.
Je n’ai pas eu la chance de te dire au revoir Mbacké Balla, mais je te promets de faire de mon mieux afin de me rapprocher au maximum de tes conseils et recommandations.


Que la terre de tes ancêtres te soit légère et que tu y rejoignes ton saint père, ton grand-père Cheikh Massamba Cheikhoul Khadim recouverte de la Miséricorde du Seigneur (swt).


Puisque de ce monde il ne reste que quelques fragments de bouts, je te dis, à bientôt Sangg Yaaram.
Sa doom, Sa Fété.

Sokhna Maï Mbacké Cheikh Modou Faty Khary.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici