Accueil Religion Sokhna Maïmouna Mbacké : une femme de valeurs, une vertueuse

Sokhna Maïmouna Mbacké : une femme de valeurs, une vertueuse

333
0
Sokhna Maïmouna Mbacke Khadimou Rassoul
Sokhna Maïmouna Mbacke Khadimou Rassoul

Fille cadette de Cheikh Ahmadou Bamba et de Sokhna Khary Darou Sylla, Sokhna Maïmouna est née en 1925 à Diourbel, au 5ème jour du mois de Ramadan.

Maymuunatun Bintul Xadiim

Elle était fille unique de sa mère avec Serigne Touba et âgée de 2 ans lorsque son père quitta ce bas-monde. Cheikh Mouhammadoul Moustapha, aîné du Cheikh, assura son éducation sociale et spirituelle. Pendant longtemps, elle a pensé que Cheikh Moustapha était son père. Puis, elle le considérait comme un talibé du Cheikh compte tenu de l’amour inconditionnel que lui vouait ce grand frère unique en son genre.

Affectueusement appelé « bàjjan » ou Soxna Maï, l’adjectif « Suxraa » a été ajouté à son prénom pour la distinguer de Soxna Maïmouna « Kubraa », sa sœur aînée.

Soxna Maï était l’épouse de Serigne Cheikh Awa Balla Mbacké, son cousin, fils de Mame Thierno. Elle était la mère de trois enfants : Soxna Baali, Serigne Mouhammadou Makhfouz et Soxna Mame Faty, décédée à la fleur de l’âge, à 24 ans.

Cette digne descendante de Khadim Rassoul fut un modèle accompli de femme vertueuse. Elle a reçu une éducation islamique à travers le « tawhîd », « fiq » et le « tasawuuf ». Ce qui fait d’elle une savante, une poétesse et une éducatrice hors pair.

Elle vouait un amour sincère pour son illustre père. Elle était inséparable du Saint-Coran et avait une passion indescriptible pour les « khassidas » de Chekhoul Khadim.

Sokhna Maï était d’une générosité, d’une bonté et d’une hospitalité réputées. Son nom est associé à la célébration de la nuit de « Laylatul Qadr » depuis 1950, après qu’elle ait obtenu l’aval de Serigne Fallou Mbacké, Khalife général des Mourides à l’époque. Depuis, elle a fait de cette nuit un événement majeur inscrit dans le calendrier mouride.

Avant de quitter ce monde le 4 février 1999, Soxna Maï donna une recommandation à sa famille par rapport à cette nuit qui en vaut mille en ces termes : « N’envisagez jamais d’organiser un Magal en ma mémoire autre que celui que je vous laisse, le Laylatul Qadr. Il me suffit amplement je me suffis à lui entièrement. »

Puisse DIEU, par la Grâce de la Meilleure des Créatures (PSL) et par considération pour Cheikhoul Khadim, nous gratifier des bienfaits associés à cette nuit bénie de Laylatul Qadr.

Qu’Allah accueille Soxna Maï auprès de l’illustre Serviteur Cheikh Ahmadou Bamba.

Awa Tall Ba

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici