Accueil Religion Serigne Fallou l’homme de lettre, l’Imam

Serigne Fallou l’homme de lettre, l’Imam [Par Serigne Fallou Mbacke Badawi]

719
0

Le mercredi 10 mars 2021 les talibés mourides célébreront la naissance de Cheikh Mouhamadou El-Fadil Mbacke, fils de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké et de Sokhna Awa Bousso. Cette année 2021, comme l’année précédente, La célébration se fera, du fait de la pandémie COVID-19, sans grands rassemblements dans la ville Sainte de Touba. La famille de Serigne Fallou, par la voie de Serigne Mourtada Mbacké, recommande la célébration du Magal de Kazou Rajab en comité réduite et restreinte au sein de chaque foyer, sans convergence vers Touba comme il a été coutume de faire.
Cette sobriété imposée par la situation sanitaire dû à la pandémie mondiale de COVID-19 n’enlève en rien notre volonté de célébrer et de nous souvenir de cet Homme né la même nuit que les 5 prières. Un homme qui n´a pas vécu, mais priait. Toute sa vie est prière.

Cheikh Mouhamadou Fadel nous a quitté en 1968, après 23 ans passés à la tête de la confrérie Mouride. Il est le deuxième Khalif de Cheikh Ahmadou Bamba il est aussi celui qui a le plus longtemps occupé le fauteuil de Khalif Général des Mourides.

En plus d’être un fils de Serigne Touba il était aussi, et surtout, un homme lettré, un excellant poète, un grand leadership et un excellant stratège

Serigne Fallou l’homme de lettre, l’Imam

Les historiens mourides racontent que lorsque la construction de la grande mosquée de Touba fût achevée, et la date de son inauguration fixée, il se posa alors la question de l’Imam. Qui va désormais diriger la prière dans cette mosquée, la plus grande du Pays et du continent africain ? Toutes les dignitaires mourides furent consultés, sans résultat. C’est alors que Serigne Fallou proclama cette célèbre phrase ; Mâfi mak, mafi râw (je suis le plus âgé parmi vous et aussi le plus instruit !), donc la direction de la prière me revient tout naturellement.

Cette façon de procéder nous donne beaucoup d’éléments auxquels nous pouvons tirer des laçons qui peuvent nous servir dans nos vies de tous les jours.
La modestie n’est pas synonyme de manque de confiance en soi, et que l’affirmation de soi, de sa valeur, n’empêche d’avoir de l’estime pour les autres. En consultant les dignitaires mourides sur le choix de l’Imam de la grande Mosquée de Touba, Serigne Fallou leur signifie que cette édifice ne lui appartient pas, il appartient à Dieu, donc à tous les hommes et chaque homme doit y avoir son mot à dire, et qu’eux (ces dignitaires) sont délégataires des voix de chaque individu placé sous leur autorités.

Celui qui est affectueusement nommé Baye Galass applique, par la même occasion, et de façon stricte, les règles relatives au choix de de l’Imam fixées par la Sonnah prophétique. Pour ce qui est de la consultation, Serigne Fallou s’inscrit aussi dans le verset 159 de la Sourat Ali Immran dans lequel Allah s’adressant à Son Messager Mouhammad dit ; Et consulte-les à propos des affaires ; puis une fois que tu t’es décidé, confie-toi donc à Allah, Allah aime, en vérité, ceux qui Lui font confiance. (Coran Sourat 03, 159).

Bien que remplissant toutes les critères pour diriger la prière, Elhadji Falilou décide quand-même de consulter ceux qu’ils devaient consulter. Mais cela ne l’a pas empêché de s’affirmer. Lorsque la situation exigea une prise de décision il s’affirma avec courage et détermination. Jusqu’aujourd‘hui personne n’a apporté objection à son assertion (Mâfi mak, mafi râw).

Il fallait absolument être sûr de soi pour faire une telle déclaration dans cette localité de Touba de l’époque. Car on risquait d’être très vite démasqué en cas d’imposture par des érudits finement lettrés. Ainsi Serigne Fallou dirigea la prière inaugurale de la Grande Mosquée de Touba, le vendredi 7 juin 1963. L’Imam Serigne Moustapha Leye, nous dit, à propos de cet évènement qu’il aurait été moins grandiose si le Khalif lui-même n’avait pas présidé la prière inaugurale. Car, nous dit-t-il, l’histoire aurait été moins belle si le Khalife avait délégué la direction d’une prière aussi historique.

Plus de 60 ans après, le même sermon est relu par l’Imam Serigne Bachirou Lô lors de l’inauguration de la Mosquée de Massalikoul Djinan de Dakar le vendredi 27 septembre 2019. Preuve que cet évènement est entrée définitivement dans l’histoire du Mouridisme

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici