Accueil Religion Cheikh Mouhammadoul Fadel Mbacké, la source de la félicité

Cheikh Mouhammadoul Fadel Mbacké, la source de la félicité [Par Sokhna Awa Tall Ba]

153
0
El Hadji Fallou MBACKE

Deuxième Khalife général des Mourides de 1945 à 1968,
Serigne Mouhammadoul Fadel Mbacké est le fils de
Cheikh Ahmadou Bamba et de Soxna Awa Bousso.

Il est né le 27 juin 1888 à Darou Salam à la 27ème nuit du mois lunaire de Rajab, jour de l’anniversaire de l’ascension du Prophète Mouhammad (‘Aleyhi Salaatu wa Salaam) en compagnie de l’Ange Gabriel. Cette fameuse nuit au cours de laquelle le Prophète (PSL) ramena le rituel des 5 prières obligatoires, un pilier essentiel de l’Islam.

Le Magal du Kazzu Rajab, célébré tous les ans, marque cet anniversaire, date inscrite en bonne place dans le calendrier mouride. Cheikh Mouhammadoul Fadel a mémorisé le Saint-Coran auprès de Serigne Abdou Rahmane Lô à Daarul Âlimun Xabîr (Ndaam). Il étudiera la Théologie auprès de Mame Mor Diarra Mbacké, son oncle et les Sciences religieuses essentiellement auprès de son vénéré père en Mauritanie, où il le rejoignit accompagné de Cheikh Mouhammadoul Moustapha Mbacké, son frère. En 1928, il fit son pèlerinage à la Mecque pour concrétiser un projet de Cheikh Ahmadou Bamba, sous le « ndigël » de Cheikh Moustapha, khalife général à l’époque.

Devenu à son tour khalife général des Mourides le 13 juillet 1945, il continua les travaux de la Grande Mosquée de Touba, qu’il inaugura le 7 juin 1963. En ce moment-là, sa propre maison était faite de baraquements et de cases en paille. El hadji Fallou, comme on l’appelait affectueusement, était soumis et entièrement dévoué à son vénéré père, qu’il ne considérait pas comme tel, mais plutôt comme son guide spirituel.

Il lui avait fait acte d’allégeance en ces termes : « Notre espoir est en toi, toi qui nous as ouvert les portes de la félicité. Je te vends mon rang de fils pour acquérir la gloire d’être ton talibé. Et quand tu m’auras donné cette gloire, je te demanderais de bien vouloir l’accepter comme don pieux. »

Le magistère de Serigne Fallou est évoqué comme une période particulièrement prospère pour le pays. Son arrivée a coïncidé avec l’éradication de l’épidémie de la peste.

Il a été l’initiateur de plusieurs projets à Touba, notamment le lotissement et l’électrification de la ville, tout en améliorant les infrastructures existantes. L’installation du premier forage à « Dârul Manaan » pour l’approvisionnement en eau fait partie de son œuvre entre autres grandes réalisationsSerigne Fallou s’est éteint le 6 août 1968 à Touba.

Que Dieu l’accueille auprès de son père et guide spirituel Cheikh Ahmadou Bamba.

Sokhna Awa Tall Ba

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici