Accueil Politique Quand la politique intérieure déteint sur la politique extérieure…

Quand la politique intérieure déteint sur la politique extérieure…

467
0
LB

Dans la course à qui tient le plus à la « laïcité » entre Macron et Marine Le Pen, c’est Macron le grand perdant. Elle lui tend un piège en mettant toujours la barre plus haute dans la droitisation du discours et Macron est obliger de s’aligner pour avoir une chance de se faire réélire.

Le problème c’est qu’elle peut préconiser tout ce qu’elle veut comme solutions radicales, elle n’en assumera pas la responsabilité dans la mesure où elle n’est pas compable du bilan économique du régime actuel. Nul doute que si le boycott prend de l’ampleur, le patronat français mettra la pression sur lui au nom de ses intérêts et il sera obligé de se raviser à cause d’une économie déjà très touchée par le covid.

Dans la surenchère, les médias français ont évidemment un rôle prépondérant d’amplification mais le pouvoir médiatique est fortement lié au pouvoir économique. Ce sont les grands industriels qui détiennent la plupart des médias. Le Figaro par exemple appartient à Dassault et Cnews (la fox news francaise) appartient à Bolloré.

S’ils disent de manière directe ou indirecte aux éditorialistes, chroniqueurs de revenir à un discours moins stigmatisant, ils le feront. Comme j’aime le rappeler, l’homme de média aime revendiquer sa supposée indépendance et sa liberté d’expression mais c’est le propriétaire du media qui en fixe les limites. On prête d’ailleurs à un grand entrepreneur d’avoir une fois dit :

«Quand les journalistes « m’emmer… », je prends une participation dans leur canard et ensuite ils me foutent la paix»

Sur un plan plus politique, depuis le départ de Edouard Philippe, on note le manque de sérénité qui caractérise ce gouvernement. Édouard Philippe apportait à l’exécutif une certaine sérénité de par sa personnalité intrinsèque (sedd, teey, néewi wax).

Macron le sachant plus populaire, plus présidentiel dans la posture a voulu le remplacer par quelqu’un de transparent qui ne lui ferait plus de l’ombre. Un peu comme avait fait en son temps Macky Sall avec Abdoul Mbaye. Macron a voulu avoir son Abdallah Dione et il l’a trouvé en Jean Castex.

Docile mais volubile à contrario de Dione. Ils partagent néanmoins la transparence qui en font des bons « collaborateurs » de Président… (clin d’œil à Sarkozy qui avait provoqué l’ire de Fillon en le traitant de simple collaborateur).

Bref, pendant que le coronovirus gagne du terrain avec un record de plus de 50 000 cas en un jour, le chômage qui monte, le trou de la sécurité sociale qui continue de se creuser de plus en plus, revenir à une certaine sérénité en faisant face à ces défis est plus bénéfique pour la France que de rentrer dans un bras de fer symbolique et économique avec le monde musulman.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici