Accueil Politique La lettre du Pr. Mouhameth Galaye Ndiaye Bruxelles au président Macky Sall

La lettre du Pr. Mouhameth Galaye Ndiaye Bruxelles au président Macky Sall

166
0
Pr. Mouhameth Galaye Ndiaye Bruxelles

Une lettre au Président de République, Macky SALL, et à chaque personne ou entité responsable.

Le Président Senghor disait: le Sénégal est un pays de dialogue.

En cette période difficile, la solution espérée qui peut mettre un terme définitif à la crise est entre les mains du Président Macky SALL, et non entre les mains de qui que ce soit d’autre, alors laissez-le agir avec sagesse avant qu’il ne soit trop tard,

Le Président doit libérer tous les prisonniers politiques sans conditions et promettre au peuple qu’il ne se représentera pas comme candidat en 2024.

Et quiconque plaide pour la paix nationale doit mettre de vraies garanties sur la table, car le moment est très crucial et ne laisse aucune place à la plaisanterie.
Quant aux appels à la paix lancés ça et là, et qui sont dépourvus de ces garanties, ils poussent, à notre sens, la population à semer le chaos dans le pays. Autrement dit, c’est jeter de l’huile sur le feu.

Le sang des jeunes bouillonne encore et encore, et leur colère ne cesse de s’intensifier. Les appels à la paix doivent être réalistes, sages et empreints de justice et d’honnêteté.

Nous ne voulons que le meilleur et la sécurité pour notre pays.
Nous ne sommes ni parmi les instigateurs ni parmi ceux qui appellent à l’usage de la violence ou aux actes de vandalisme.

Cela dit, la résistance reste inévitable, elle doit donc continuer vigoureusement jusqu’à ce que le peuple sénégalais sorte du tunnel.

L’Etat doit faire preuve de grande volonté de protéger son peuple et non de procéder à son anéantissement.

L’histoire a montré que dans pareilles circonstances, les grandes nations ont fait preuve de sagesse et de lucidité. Il s’agit ici d’être capable de faire marche arrière en écoutant la voix du peuple, afin que la paix soit rétablie et que les choses reviennent à leur cours normal.

Toute guerre ou conflit qui s’accompagne de violences, finira tôt ou tard autour d’une table avec les différents protagonistes pour dialoguer.

Nous vous invitons à initier sans délai un dialogue sérieux et juste avant que plus de sang ne soit versé et le pays détruit.

«L’Etat de mensonge durera un instant, et l’Etat de vérité durera ad vitam aeternam» – assène Cheikh Ahmadou Bamba- que Dieu soit satisfait de lui.

La vérité appartient à Dieu Seul, et vers Lui tout revient.

Pr. Mouhameth Galaye Ndiaye Bruxelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici