Accueil Politique À la poursuite d’une République Sénégalaise

À la poursuite d’une République Sénégalaise

448
1
À la poursuite d'une République Sénégalaise!

Quelques jours déjà, la polémique sur la nécessité de réviser les fondements de notre République suscitée par la radiation du policier, fait montre les limites de notre capacité à prendre en charge les grandes questions existentielles qui s’imposent à nous .

De plus en plus ce débat se pose, et offre une belle occasion à nos intellectuels de nous réciter leurs cours de science politique sur la République laïque, et pourtant son histoire ne nous est pas familière, sauf que la véritable problématique ne se trouve pas là.

Tous les grands théoriciens de la République se focalisaient jadis sur les stratégies à employer pour un accommodement des valeurs traditionnelles de leur pays avec celles de la République, au même moment nous, pays, majoritairement croyants cherchons à les mettre en conflit.

Le mimétisme constitue sans doute le véritable frein à notre développement socio-économique. Vouloir tout copier du maître ne cesse de nous porter préjudice. D’ailleurs, N’est-ce pas Nietzsche qui disait :  » c’est mal récompenser son maître que de rester toujours disciple ».
N’est-il pas temps de montrer au maître que les leçons sont bien apprises et que l’heure est venue de voler avec nos propres ailes?

En effet, quand une République entre en concurrence directe avec les valeurs qu’elle est censée protéger et défendre, elle devient obsolète voire dangereuse.

Quand une République est en déphasage avec les réalités socio-culturelles d’un pays, elle mérite d’être refondée.

Quand une République est aux anticipodes des valeurs substantielles d’un peuple, elle n’a pas sa raison d’être.

Ainsi, force est de constater que cette République héritée de la colonisation ne peut en aucun cas répondre aux aspirations d’un peuple attaché aux traditions religieuses.
Il n’est pas pertinent de nous saouler avec des théories dénudées de sens.
Vouloir ériger l’athéisme comme religion de l’État ne peut pas être une offre politique viable.

Je crois fondamentalement qu’un croyant qui ne place pas sa foi au dessus de toutes considérations républicaines, cesse de l’être. Certes, les institutions doivent être défendues mais cela ne sera pas possible si le peuple ne s’identifie pas en elles. Tant que les populations n’ont pas la conscience parfaite que ces institutions sont là pour elles, leurs appropriations resteront toujours impossible.

Si beaucoup de pays occidentaux, particulièrement la France, sont aujourd’hui victimes du phénomène du « terrorisme islamiste » c’est parce que la religion est reléguée au second plan, alors qu’une vie sans foi est une illusion.
Le matérialisme constitue le drame encouru par les pays développés à cause de cette quête effrénée d’une vie dévêtue de toute spiritualité.

Si Tout le monde est d’accord ( sauf quelques personnes souffrant d’un complexe inouï) sur l’inadéquation de cette République à nos valeurs traditionnelles, sa refondation s’impose à tout point de vue si l’on veut aller de l’avant.
Une nation, pour se développer, doit préserver ses acquis et s’ouvrir au monde. Le déracinement est l’handicape de tous les pays sous-développés.

l’heure est donc, à la refondation d’une République qui tient compte de nos croyances , coutumes et us dans l’intérêt exclusif du Sénégal.

Elhadji Fadall Mbacke

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici