Accueil Non classé Déclaration de « Diwânul Mahârif » sur les conditions de coexistence pacifique...

Déclaration de « Diwânul Mahârif » sur les conditions de coexistence pacifique entre les communautés religieuses au Sénégal

427
0

Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux. Que la paix et la salut d’Allah soient sur Le Prophète Mouhammad

Diwânul Mahârif, plateforme de recherche sur le mouridisme, tient à rappeler, après les récents évènements qui ont mis aux prises la dâhira Khouddâmoul Khadîm et certains parmi les wahhabites qui résident à Touba, que cette cité a été fondée par Cheikh Ahmadou Bamba dans le but d’en faire un lieu d’adoration de Dieu, à travers la tradition du Prophète Mouhammad (paix et salut sur Lui). Touba a également pour vocation d’être, du vœu même de son fondateur, un lieu d’enseignement et d’acquisition de toutes les connaissances utiles à l’individu. Dès lors, l’enseignement d’une foi contraire à celle des véritables Ahlu Sunna Wal Jamâha ne saurait prospérer dans la cité.
Dans sa Qacîda Matlabul Fawazayni qui fait office de feuille de route pour la ville sainte de Touba, Cheikh Ahmadou Bamba dit :

واجعله دأباً مسكن التعلم
وموضع الفكرة والتفهم

« Fais que la cité de Touba soit à jamais un lieu d’acquisition de connaissances et un haut lieu de réflexion et de bonne compréhension »

واجعله دأباً مسكن اتباع
لسنة لا مسكن ابتداع

« Fais que la cité de Touba soit à jamais un lieu de fidélité à la Sunna (tradition Prophétique) et non un lieu d’innovations blâmables »

Cheikhoul Khadîm s’engagea par la suite à écrire pour ses disciples des ouvrages qui leur permettent, depuis lors, s’ils s’y activent, de connaitre l’ensemble de leurs obligations religieuses. C’est ainsi qu’il balisa pour eux une voie droite qui s’appuie intégralement sur l’enseignement du Prophète Mouhammad (paix et salut sur Lui). En effet, il leur recommanda à chacun d’entre eux :

  1. De chercher à avoir une foi authentique à travers la science de l’unicité de Dieu (At-Tawhid) avant une quelconque tentative de retraite pour évoquer Ses Noms ou même pour s’adonner à l’effort spirituelle (Jihâd).
  2. De s’engager résolument dans la voie des Ahlu Sunna wal Jamâha (ceux qui se basent sur la tradition du Prophète et le consensus des Savants qui en sont les héritiers)
  3. D’apprendre à connaitre ses obligations religieuses (comme la prière, les règles de purification, le hajj, le jeûne, la zakât) et éviter de verser dans les innovations blâmables qui obscurcissent le cœur.
  4. De se laisser accompagner, après ces étapes, par un maitre spirituel véridique qui suit strictement la voie du Prophète (paix et salut sur Lui), s’il veut réaliser la perfection spirituelle. Ce dernier le guidera par le biais de la science et de l’adoration de la même façon qu’il l’éduquera dans le sens d’abandonner les actes non basés sur la science.

Au vu de l’orthodoxie de ces enseignements par rapport au vrai message de l’Islam, Diwânul Mahârif s’indigne des paroles irrespectueuses envers Cheikh Ahmadou Bamba et d’autres guides religieux du Sénégal. Ainsi que de l’agression constante de la foi d’une bonne partie des Musulmans du Sénégal qui s’identifient aux confréries soufies. De tels comportements agressifs est d’ailleurs contraire à l’enseignement du Prophète (paix et salut sur Lui) qui dit dans un hadîth authentique rapporté par Bukhâri et Muslim que :

« Le musulman est celui dont les autres musulmans sont à l’abri de la langue (paroles) et de la main (actes) »

Il faut dire que les promoteurs du wahabisme, historiquement, ont entrepris historiquement de propager partout dans le monde leur idéologie qui ne s’accommodant nullement avec la pluralité religieuse. Ils se considèrent comme étant les seuls à détenir la vérité et toute personne qui n’épouse pas leur foi dans l’islam est immédiatement taxée d’hérétique ou de membre des « gens de l’innovation » (Ahlul bidha). Il est évident que cette démarche ne peut qu’être source de violences dans un pays comme le Sénégal, connu à travers le monde, pour sa stabilité sociale.

C’est pourquoi Dîwânul Mahârif rappelle à l’État sa responsabilité première dans la préservation de la paix sociale dans le pays. Laquelle paix ne peut être préservée qu’à condition que les différentes communautés se respectent et évitent de proférer des paroles ou de poser des actes susceptibles de heurter les sensibilités religieuses des uns et des autres.

Dans le Coran, Allah (swt) interdit aux croyants, malgré la gravité du péché du Shirk, d’insulter les divinités des associateurs. Car cela a pour conséquence immédiate qu’IL soit lui-même insulté par mesure de rétorsion. Ce qui serait de la faute de ceux qui ont commencé les invectives. Si cette posture est interdite envers les associateurs (Mushrikûn), que dire alors de gens avec qui vous êtes censés partager la même religion qui est l’Islam ?

Mais hélas, à travers leur discours, il est aisé de déceler que ces wahabites ne considèrent aucunement les membres des confréries soufies comme des musulmans à part entière mais plutôt comme des mécréants (kâfirûn). Il faut dire que malgré cette défiance et ce comportement outrageant, les habitants de Touba ont tenu jusqu’ici à les laisser vivre leur foi en paix. Mais cet esprit de dépassement de la communauté mouride ne pourrait perdurer qu’à condition que leur foi et leurs valeurs de baes soient respectées.

Dîwânul Mahârif , en tant que cercle de recherche scientifique sur l’Islam, tient à rappeler la posture qui doit être celle de tout disciple mouride en pareille circonstance. A savoir que Le Cheikh nous a toujours exhorté à favoriser la paix, de respecter l’opinion des autres et leur foi et tout ce qui contribue à la consolidation de l’unité des musulmans. Il convient aussi dans ce débat d’avoir un comportement juste et équitable (Qist) à l’égard de tous et d’éviter toute position partisane. C’est dans ce sens que Cheikh Ahmadou Bamba dit : « Ne soyez pas ennemi de quiconque sort de sa bouche la profession de foi (Laa Ilaaha illa Laah) »

فلاتعادوا من رأيتم فاه يخرج لا اله الا الله

Le Serviteur du Prophète affirmant également qu’il pardonne à toute personne qui lui ayant causé du tort et que jamais il n’invoquerait Dieu contre celle-ci. Il demande à Dieu de pardonner à tous ses disciples et qu’il nourrit les mêmes intentions pour tous les musulmans, sans distinction aucune.

ليعلم كل من وقف على هذا الرسم أن كاتب هذه الورقة عفا كل من ظلمه وأنه لا يدعو على ظالم وأنه يستغفر لكل مومن تعلق به وأنه يحب لكل مومن لم يتعلق به، مايحب لمن تعلقوا به.

Le Cheikh a également déclaré : « Que celui qui se réclame de moi sache que je lui ordonne de persévérer dans l’adoration de Dieu et l’observance de la Sunna du Prophète. Je lui ordonne également d’abandonner tout ce qui porte préjudice à autrui et sème la confusion dans l’esprit des gens car la sécurité et la paix valent mieux que leurs contraires. »
أمرت كل من يدعى أننى رئيسه بطاعة الله وطاعة رسوله عليه الصلاة والسلام وأن يترك مايكسر خواطر أهل الأرض وغيرهم فإن السلامة والعافية خير من عكسهما

Le Serviteur du Prophète a également affirmé : «La paix ici-bas et dans l’au-delà prend sa source dans le fait de continuellement nourrir une bonne intention, de dire le bien et de s’y engager résolument»

إن السلامة والعافية فى الدنيا والآخرة يتولدان من نية الخير وقول الخير وفعل الخير وملازمة الخير.

Tous ces enseignements authentiques et documentés du Cheikh ont conduit les mourides à faire preuve de dépassement et de cohabiter de façon pacifique avec ceux qui ne partagent pas leur foi. Raison pour laquelle, il est aisé de constater qu’à chaque accrochage de ce genre, les germes ont été semés auparavant par des paroles irrespectueuses tenues envers leurs guides religieux et leurs valeurs.

Il est également important que nous mourides devions continuer à écouter nos guides religieux et éviter d’attaquer sur les réseaux sociaux ou sur tout autre support les guides et les symboles d’autrui afin de préserver la paix dans notre pays. Ceci correspond d’ailleurs à une injonction de Dieu dans le Coran :

« Appelle vers la voie de ton Seigneur par la sagesse (hikma) et la bonne exhortation. Et discute avec eux de la meilleure façon. Car c’est ton Seigneur qui connaît le mieux celui qui s’égare de Son sentier et c’est Lui qui connaît le mieux ceux qui sont bien guidés. »

Touba, le 24 octobre 2021
Diwânul Mahârif, plateforme de recherche sur le Mouridisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici