Accueil Histoire BOUR SINE COUMBA NDOFENE FANDEP ET LE SHEIKH

BOUR SINE COUMBA NDOFENE FANDEP ET LE SHEIKH [Par: Omar Bamba Diop]

264
0

En 1897, Le notable  Bandiougour SÉNE propose au SINE un nouveau roi venant de Souka mboul ,un Guelwaar pur ,un adolescent de 18ans dont la morve coulait encore.

L’assistance raillait le noble dont les larmes perlaient toujours . Le Djaraf leur rétorqua en terme bien saltigué .

– C’est le poids du mil qu’il ne supporte pas en d’autres termes: les larmes et les morves étaient signe de prospérité et d’abondance . Binôme qui marqua tout son règne. Après quelques années de pleines exercices sur le trône du royaume de la dignité  et du courage, son oncle qui fut déporté par les colons  au Gabon : NIOKHO BAYE MBACKE revint d’exil .

Toujours drapé de sa courtoisie et de sa correction innée,BOUR SINE  COUMBA NDOFFENE FANDEP reçut son oncle avec tous les honneurs sis à son rang .

Ndiougnendioug et boisson a flot,assis à même le sol IL dit devant l’assistance à son oncle .

J’assurais seulement votre intérim , le trône vous revient de droit .

Le vieux roi répliqua :

Te voilà toujours noble et bien éduqué, je suis âgé et très fatigué la royauté ne m’apportera plus grand chose .

Tu as toutes les qualités requises alors règne sur LE SINE de tes ancêtres .

En sortant pour rejoindre son village maternel il s’arrêta brusquement pour l’interpeller en ces  mots:

Au Gabon j’ai rencontré un SAINT du nom de AHMADOU MBACKÉ,IL n’est point fautif, IL est juste victime de calomnies et complots .

N’oubliez pas aussi de me ravitailler en viande ( en bon ceddo ). IL retint ses paroles,s’acquittait de la requête et tint compte du témoignage de son oncle dont le nom en enseignait sur les relations séculaires entre les MBACKÈ ET LE NOBLE SINE .

En 1903, le 7juin précisément ,le gouverneur Camille Lucien Xavier Guy ( 1902-1907) Avec la complicité de 83  » rois et marabouts corrompus voulut comploter sur le dos de l’ HÉRITIER ET SERVITEUR DU PROPHÈTE (saw).

En effet après le retour du SHEIKH, IL fit un tour  chez ses frères et grands disciples qui s’étaient proposés de réfectionner la maison de DAROUL MANAANE alors 12 lits démontés et emballés furent acheminés vers le village précité par MAME CHEIKH ANTA.

Sur la route pendant que la caravane se reposait un informateur du colon qui se nommait Démba Ndeury vint saluer et tâta les bagages ,il se fit hâtivement une religion sur la nature du convoi et se précipita pour renseigner ses maîtres .

Les français pris de panique convoquèrent leurs alliés autochtones pour étouffer une éventuelle guerre du SHEIKH dans l’œuf .

Les traitres se succédèrent devant leur mentor pour traiter KHADIMOUR RASSOUL de tous les noms d’oiseau et proposèrent tantôt le poto tantôt la guillotine..

Quand celui qui incarnait toute la noblesse seérère, le souverain de DIAKHO,celui à qui le sang et le lait dictaient une conduite prit la parole,fort du viatique de son oncle du haut de sa prestance de son charisme mais surtout de sa jeunesse harangua la meute :

S’il s’agit de CHEIKH AHMADOU BAMBA, IL EST PIEUX PAISIBLE ET SANS REPROCHE, JE ME PORTE GARANT QUE CES ALLÉGATIONS SONT FOSSES.

Le gouverneur Camille répondît:

– Et si c’est avérées ?

Le jeune Roi esseulé par son opinion reprit :

-ALORS RETIREZ MOI MON MANTEAU ET LE TRÔNE DU SINE .

L’administration coloniale dépêcha un escadron dirigé par Mbakhane lat Dior à Daroul manaane Pour une perquisition .

L’avisé GUELEWAAR sut la duplicité du colonisateur mais surtout des jaloux,chefs religieux et coutumiers confondus, ne rentra pas à son fief,il se mit à LA tête d’une excursion de quarantes  guerrières SINE-SINE .

Arrivé à Daroul manaane, vers le crépuscule après les cordialités on lui proposa de se reposer, IL refusa catégoriquement de peur de dormir avant l’arrivée de Mbakhane .

IL ne voulait pas donner l’occasion aux Wolofs d’emmener avec eux des armes qu’ils glisseraient dans la demeure DU SHEIKH .

COUMBA NDOFENE FANDEF DIOUF repartit par groupes de dix à chaque point cardinal.

Quand le prince cayorien arriva, le SHEIKH s’était déjà retiré dans ses appartements Pour méditer et adorer DIEU.

Le valeureux ROI interdit à abdoul khafour l’accès par respect á l’intimité du SHEIKH.

Quand IL insista COUMBA NDOFENE lui proposa un duel à mort pour voir la parole de qui va demeurer .

Mbakhane détourna son cheval de la porte principale et fonça,faisant tomber les palissades , IL fit le tour de la maison frappant avec arrogance son sabre sur les mallettes et valises du SHEIKH mais ne découvrit que livres, encre et thé.

C’est en ce moment que le courageux MAME THIERNO l’interpella et le somma de diriger son yatagan sur les hommes s’il en avait la témérité .

Mbakhane aussi était un noble qui cohabitait  mal avec la honte du mensonge,il rentra très affligé .

Ainsi le VALEUREUX ROI DU SINE FORÇA LES PORTE SE L’HISTOIRE   ET ARRACHA UNE PLACE DE CHOIX DANS LE PANTHEON DES DIGNES FILS D’ AFRIQUE  .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici