Accueil Santé Covid 19 : la résilience plutôt que le mimétisme

Covid 19 : la résilience plutôt que le mimétisme

432
0

Apparue en fin 2019, la Covid-19 est responsable d’une épidémie mondiale qui n’est toujours pas freinée. Elle est due au SARS-CoV-2 qui a infecté près de 90 millions de personnes et causé environ 2 millions de morts dans le monde. La Covid-19 atteint les individus de manière différenciée.

La plupart des personnes infectées développent une forme légère à modérée de la maladie et guérissent souvent sans hospitalisation.D’autres personnes, dites vulnérables, courent plus de risques de contracter la forme grave. Parmi elles, on peut citer les sujets âgés de 65 ans et plus, ceux avec des antécédents d’hypertension artérielle, de diabète… les personnes en surpoids, etc.

Pour empêcher la propagation de la maladie, les recommandations sont le port de masque, le lavage régulier des mains (avec de l’eau + savon ou gel hydroalcoolique), la distanciation physique d’au moins un mètre, le fait de tousser ou d’éternuer dans le pli du coude. Ces mesures peuvent être accompagnées de confinements chez soi et/ou de couvre-feux à des horaires définis dès lors que les hôpitaux courent le risque d’être saturés.

Cependant, pour que la population reste chez elle et respecte toutes ces mesures, il est impératif que ces dernières soient accompagnées d’une vraie politique de solidarité et de résilience. Dans des pays comme la France, par exemple, l’État a instauré un dispositif de chômage partiel lors de la première vague, pour les entreprises et salariés victimes d’une baisse d’activité.

Ce montant était de 84 % du salaire pour les travailleurs. D’autres primes ont été versées aux foyers les plus modestes (150 € + 100 € par enfant sous certaines conditions). Une prime exceptionnelle allant jusqu’à 2 000 € avait également été versée aux agents directement mobilisés dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.

Au Sénégal, le gouvernement s’entête à appliquer les mêmes mesures qu’en Occident, sans les accompagner des aides appropriées. Résultat, la plupart de nos compatriotes ne respectent pas les mesures édictées. On ne leur en donne pas les moyens. Pire, d’aucuns ne croient même plus à l’existence de la maladie, ce qui est très grave.

Pendant ce temps, la maladie est bien installée dans notre pays et fait de nombreuses victimes, plus que les chiffres officiels. Il est urgent que l’État revoie sa démarche en mettant en place une politique de prévention adéquate accompagnée des mesures sociales adaptées. Cette démarche devra s’appuyer sur nos propres leviers internes en lieu et place d’un simple mimétisme.

Awa Tall Ba

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici