Accueil Éducation « Muqaddamâtul Amdâh » (les prémices des éloges…)

« Muqaddamâtul Amdâh » (les prémices des éloges…)

374
0

« Muqaddamâtul Amdâh » (les prémices des éloges…) est un poème de 192 vers écrit par Cheikh Ahmadou Bamba, dans la métrique « Tawil » comme « Midâdî ».

C’est un ouvrage qui fait partie du lot des titres pour lesquels le vénéré Cheikh Abdoul Ahad Mbacké avait fait la commande de traduction pour enlever cette barrière linguistique qu’est la langue arabe. Ce lot est composé de cinq panégyriques : jazbul Xulóob, Muwâhibu Nâfih, Muqaddamâtul Amdâh, Midâdî wa Aqlâmî et Mîmiya.

Notre propos n’est pas de livrer le contenu dans son entièreté, mais de donner des indices qui vont susciter la curiosité à l’endroit de cet ouvrage.Sur le plan formel, de prime abord, le titre présente une allure rimée : « Muqaddamâtul Amdâh fî Mazâyâl Miftâh » (les Prémices des éloges sur les Mérites de Celui qui est la Clef).

On remarque que «Amdâh » rime avec « Miftâh ».Par rapport à la technique de composition, ce poème est un acrostiche composé à partir du verset « Wa Innaka Lâhalâ Khuluqin Azîmin »

و إنـك لـعـلـى خـلـق عـظـيـم

(en vérité, tu es certes d’une vertu éminente) S.68 V.4. Ce verset du Coran est composé de 16 lettres. Avec chaque lettre, le Cheikh compose un lot de 12 vers. À titre d’exemple, si on prend la lettre « wâw »و, le Cheikh compose 12 vers qui commencent tous par « wâw»و et se terminent par une rime en « wâw»و.

Ensuite, il prend la lettre « Alîf» ا et en compose un lot de 12 vers, commençant tous par la lettre «Alîf» ا, ainsi de suite jusqu’à finir les 16 lettres du verset.

Les 16 lettres, multipliées par 12 nous donnent les 192 vers qui composent ce poème.Par rapport au contenu, c’est un poème éminemment élogieux. En effet, c’est Allah le Très-Haut qui est le Premier à louer les vertus du Prophète (PSL). Dès le préambule, le Cheikh montre son projet.

Il décline sa posture et son option qui est de se cramponner résolument à Dieu le Très-Haut : « je me confie, dit-il, au Maître du Trône. » Ensuite, il prend un engagement au vers 4 où il déclare : « j’ai emprunté la voie du Serviteur par mon panégyrique à Mouhammad, sur Lui la prière de Dieu, tant qu’Il préserve mon camp ».

Au vers 5, le Cheikh dit, comme pour renforcer son engagement : « Je me suis lancé dans la voie du Serviteur par mes louanges à mon intermédiaire (auprès de Dieu), sur Lui les deux prières de Dieu qui a exalté sa réputation ».

Baye Mansour Seck : Émission As-Sabah sur Almouridiyyah

Restitution : Awa Tall Ba

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici