Accueil Éducation Lettre de Cheikh Ahmadou Bamba à son fils Cheikh Mouhamadou Faadal :

Lettre de Cheikh Ahmadou Bamba à son fils Cheikh Mouhamadou Faadal :

142
0

Au Nom de Dieu, le Clément et Miséricordieux.
Ô mon fils !
Ne te laisse surtout pas abuser par les propos flatteurs des gens qui t’appellent : « Ô toi le Noble, fils de notre Noble Maître ! »

Car la véritable Noblesse, sache-le, est celle que tu auras toi-même acquise par tes propres actes. Mais nullement celle obtenue par l’intermédiaire de ton père ou de tes aïeuls.

En vérité, la seule fierté dont un homme puisse légitimement se prévaloir est celle qu’il aura lui-même méritée, à travers ses propres paroles et actes. Mais pas celle que l’on tire d’un glorieux lignage, fut- il paternel ou maternel, dont, paresseusement, l’on se réclame.

Le véritable honneur, souviens-t’en, réside dans la grandeur et dans la hauteur de tes ambitions et nullement dans l’évocation glorieuse des ossements blanchis de tes défunts ancêtres.
Car la noblesse de sang, sache-le, n’a de valeur et de sens qu’avec la noblesse du comportement et celle du cœur.

C’est là tout le sens de ce précieux adage tenu de nos anciens : « En vérité, nul éloge n’est dû à l’homme « bien né » et dont le comportement s’avère « bien bas ». »
De même nous ont-ils enseigné cette remarquable maxime : « Au lieu de te suffire du mérite de ton père, et de demeurer un éternel « Fils de…», compte plutôt sur tes propres actes, pour prétendre un jour devenir « Père de…», ».

Comme l’a si bien illustré le brave et célèbre ‘Içâm qui [en dépit de sa modeste et ancienne condition de valet du roi] proclamait haut et fort : « C’est ma grandeur d’âme qui a fait ma noblesse. Car c’est d’elle seule que je tire ma détermination et mon courage. En effet, c’est grâce à la seule force de mon âme que j’ai réussi à m’élever et à me faire respecter à l’instar d’un roi… »
Un autre poète, à ce même propos, de renchérir : « Une noble lignée n’est, en réalité, utile qu’à l’homme qui la considère comme une motivation pour ajouter sa propre pierre à l’édifice du bien dont il a hérité ».

Ne compte donc que sur les œuvres que tu auras toi-même réalisées. Et ne pense surtout pas que l’éminence se transmet par simple héritage.
En vérité, l’homme ne s’élève à la véritable dignité qu’à la force de sa propre volonté. Quand bien même comptera-t-il des générations d’illustres aïeuls dans sa généalogie.

En effet, toute branche qui ne donne jamais de fruits, même si elle fait partie d’un arbre fruitier fort prisé, finira un jour, du fait même de son inutilité, par être coupée et servir de bois mort destiné au feu… »
O notre Seigneur !
Guide-nous sur le Droit Chemin !
Car c’est Toi Seul que nous adorons.
Et c’est de Toi Seul dont nous implorons l’assistance…

Traduction : Majalis

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici