Accueil Éducation Citations de Mariama Bâ

Citations de Mariama Bâ

641
0
Citations Mariama Ba

La femme ne doit pas être l’accessoire qui orne. L’objet que l’on déplace, la compagne qu’on flatte ou calme avec des promesses. La femme est la racine première, fondamentale de la nation où se greffe tout apport, d’où part aussi toute floraison. Il faut inciter la femme à s’intéresser davantage au sort de son pays.

Une femme est comme un ballon ; qui lance ce ballon ne peut prévoir ses rebondissements. Il ne contrôle pas le lieu où il roule, moins encore celui qui s’en empare. Souvent s’en saisit une main que l’on ne soupçonnait pas.

L’amitié a des grandeurs inconnues de l’amour. Elle se fortifie dans les difficultés, alors que les contraintes massacrent l’amour. Elle résiste au temps qui lasse et désunit les couples. Elle a des élévations inconnues de l’amour.

Si les rêves meurent en traversant les ans et les réalités, je garde intacts mes souvenirs, sel de ma mémoire.

La pauvreté n’est pas une infirmité. Elle ne peut être non plus un critère de considération, la supériorité d’un individu ? La grandeur de l’homme ? Assurément dans son intelligence,dans son cœur, dans ses vertus.

L’appétit de vivre tue la dignité de vivre.

Le mot bonheur recouvre bien quelque chose, n’est-ce pas ? J’irai à sa recherche.

Tu veux dissocier l’amour tout court et l’amour physique. Je te rétorque que la communion charnelle ne peut être sans l’acceptation du cœur, si minime soit-elle. Si tu peux procréer sans aimer, rien que pour assouvir l’orgueil d’une mère déclinante, je te trouve vil. Dès lors, tu dégringoles de l’échelon supérieur, de la respectabilité où je t’ai toujours hissé. Ton raisonnement qui scinde est inadmissible.

Chaque vie recèle une parcelle d’héroïsme, un héroïsme obscur fait d’abdications, de renoncements et d’acquiescements, sous le fouet impitoyable de la fatalité.

Tu oublies que j’ai un cœur, une raison, que je ne suis pas un objet que l’on se passe de main en main. Tu ignores ce que se marier signifie pour moi : c’est un acte de foi et d’amour, un don total de soi à l’être que l’on a choisi.

La réaction est humaine de se donner une large portion quand on partage le gâteau.

Plus on est responsable, plus on le sent ; la misère vous serre le cœur et vous n’avez pas de prise sur elle. Il s’agit de toutes les misères matérielles et morales.

On ne peut rien contre l’amour. Celui qui lutte contre l’amour est semblable à celui qui veut assécher la mer

J’aime un nègre,noir comme de la houille. Tu te crois supérieur parce que tu es blanc ? Mais gratte ta peau, tu verras le même sans rouge gicler,signe de ta ressemblance avec tous les hommes de la terre.

Puissance des livres, invention merveilleuse de l’astucieuse intelligence humaine. Signes divers, associés en sons ; sons différents qui moulent le mot. Agencement de mots d’où jaillissent l’Idée, la Pensée, l’Histoire, la Science, la Vie,. Instrument unique de relation et de culture, moyen inégalé de donner et de recevoir. Les livres soudent des générations au même labeur continu qui fait progresser. Ils te permirent de te hisser. Ce que la société te refusait, ils te l’accordèrent.

Par Temple Éducatif

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici