Accueil Culture BUSO-BAALI, UN LIVRE SUR LES FEMMES ‘’MODÈLES’’ DE LA MURIDIYYA BAT EN...

BUSO-BAALI, UN LIVRE SUR LES FEMMES ‘’MODÈLES’’ DE LA MURIDIYYA BAT EN BRÈCHE LES CLICHÉS SUR L’ISLAM

121
0
BusoBaali

Dakar, 11 fév (APS) – L’experte en communication éditoriale Bintou Amar vient de publier, avec Abdou Sèye, un spécialiste de l’informatique éditoriale, un livre consacré à des femmes modèles de la muridiyya, de grandes figures féminines dont l’itinéraire et les actions tendent à concilier temporel et spirituel, bien loin du cliché selon lequel ‘’être une femme musulmane veut dire ne pas avoir d’activité’’, sans que cela ne soit pas assimilé au féminisme non plus. Intitulé ‘’Busó Baali, la muridiyya aux féminins’’, l’ouvrage consacré à des femmes musulmanes ayant marqué leur génération et brillé au service de leur communauté permet aux deux auteurs de tordre le cou aux clichés les plus répandus sur l’incapacité de l’islam à s’adapter à la modernité relativement à la problématique des femmes précisément. 

Pour arriver à cette démonstration, les deux auteurs reviennent sur l’histoire de grandes figures féminines qui ont marqué l’islam et la muridiyya, avec la volonté revendiquée de ‘’dissiper les idées fallacieuses et malencontreusement largement répandues’’ sur les sociétés musulmanes.  

Ce qui les amène à dresser les profils de plusieurs femmes musulmanes, mourides, mères, épouses ou entrepreneuses investies dans la religion et la spiritualité autant qu’elles le sont dans des activités socioéconomiques contribuant parfois à faire leur renommée. Le livre se veut un témoignage du rôle joué par les femmes dans la vie de l’islam, option renforcée et enrichie par l’évocation des exploits et faits remarquables que l’histoire de l’islam retient de femmes jugées exemplaires Comme Sayyida Xadiiya, épouse du prophète Muhammad (PSL) qui a été d’un soutien incomparable pour la vulgarisation et l’accomplissement de son compagnon privilégié. 

Ils passent de récits sur les « Sahâbiyyâdes », contemporaines du prophète (SWT), au rappel de la trajectoire de femmes célébrées par la muridiyya, dont Soxna Jaara Busó Baali, mère du fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba, qui donne son nom à cet ouvrage. Les deux auteurs rapportent de cette figure primordiale, quasi tutélaire du mouridisme, des déclarations à mille lieues des poncifs sur le rôle des femmes et des musulmanes dans la marche de la société. 

‘’La femme n’est ni un être de second rang, ni un objet de distraction au gré des hommes. Elle doit être digne, honorable, responsable, respectable et respectueuse’’, écrivent les deux auteurs, citant Soxna Jaara Busó Baali. Un retour sur la vie de Soxna Anta Njaay Mbacké, ‘’épouse modèle’’ de Maam Mor Anta Sali, père de Cheikh Ahmadou Bamba, permet aussi de mettre en lumière ‘’les grâces’’ de la polygamie, contre tous les préjugés de la vulgate moderne. Le livre se plait à donner en exemple la success story de Soxna Muslimatu Mbacké, ‘’la soufie entrepreneure’’, touche-à-tout qui a excellé dans l’agriculture, la commercialisation du couscous tuuba et du textile. Les figures les plus contemporaines ne sont pas en reste non plus dans cette galerie de portraits, à l’image de Soxna Maam Awa Dem, directrice de l’institut islamique de Poroxaan, ou Soxna Ayda Njaay Bada Loo, décédée lors de l’accidentelle bousculade survenue à Mouna (Arabie saoudite), en 2015. 


‘’Une lutte des genres’’ Selon la coauteure du livre, le but de cette publication est de montrer qu’il ‘’est possible de rester une musulmane accomplie au 21e siècle, d’être épanouie à l’instar des figures citées dans le livre, mais aussi d’avoir une valeur ajoutée à sa société’’. ‘’On avait ce besoin de sauvegarder les récits des femmes de la muridiyya, de rappeler que les femmes ont joué un grand rôle dans la muridiyya, qu’elles ont répondu présentes et de façon constante à la mission de l’éducation de Cheikhoul Khadim’’, le fondateur du mouridisme, explique Bintou Amar. 

Or, les tendances modernes font ‘’croire que le spirituel ne rythme pas avec le temporel’’, qu’être ‘’une femme musulmane veut dire ne pas avoir d’activité’’, ajoute la spécialiste de la communication éditoriale et productrice audiovisuelle, dans un entretien téléphonique depuis Casablanca, où elle réside. ‘’Busó Baali, la muridiyya aux féminins’’ est un livre qui prouve tout le contraire de ces tendances modernes inspirées par les préjugés de toutes sortes à l’égard de l’islam et des femmes musulmanes. Le livre démontre que ces femmes, au-delà de la spiritualité et de la religion, ont apporté une contribution à la marche de la société, argue Bintou Amar. 

L’ouvrage dévoile opportunément des récits dont on parle peu dans les médias, aborde franchement des sujets divers liés à la femme et à son devenir, du port du voile aux relations hommes-femmes en passant par les rapports entre la femme, musulmane s’entendant, et le travail. Maints sujets sont aussi au menu de cette publication, comme par exemple l’acte d’allégeance à une confrérie et les relations entre mères et enfants. 

Les deux auteurs abordent de même les ‘’déformations’’ introduites dans les pratiques islamiques dans certains pays en matière de succession relativement à la parité homme-femme, changements qui concernent jusqu’à la redéfinition des conditions de la polygamie dans d’autres pays.  Ils dénoncent à l’occasion les séries télévisées dont la trame s’inspire de ‘’femmes célibataires indépendantes financièrement’’, de même qu’ils avertissent contre le danger des réseaux sociaux, ‘’couteau à double tranchant’’ pour les femmes. 

‘’On n’est pas dans une logique de féminisme, ni dans une lutte des genres, ni dans la revendication. Nous sommes dans la valorisation des prouesses réalisées par ces femmes’’, précise Bintou Amar, ajoutant qu’elle respecte tout autant le choix des militants des droits des femmes, ‘’une cause noble et juste’’. 

‘’On n’a pas à apprendre quoi que soit du féminisme parce que l’islam a déjà valorisé la femme qui a les mêmes obligations religieuses que l’homme’’, fait-elle valoir. Bintou Amar dénonce par ailleurs la stigmatisation à l’égard des femmes à travers bien des débats entretenus par certains pays occidentaux notamment, sur le port du voile, le patriarcat ou l’exclusion professionnelle des femmes.  

Des questions sur lesquelles positions et jugements peuvent sembler dans une grande ignorance de l’essence même de l’islam et des évolutions ayant caractérisé sa marche. Bintou Amar s’élève contre cette ‘’marginalisation’’ dont les femmes musulmanes sont, selon elle, l’objet au quotidien, une chose parmi d’autres qui l’ont amenée à l’écriture de cet ouvrage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici